Près de la moitié des restaurants et hôtels suisses risquent la faillite d’ici quelques mois en raison de l’absence d’un soutien financier qui leur aurait permis de surmonter les retombées du Covid-19, a averti dimanche un groupe d’employeurs du secteur.

Le gouvernement suisse devrait prolonger cette semaine la fermeture des bars, des restaurants et des installations de loisirs dans tout le pays jusqu’à la fin février afin de contrôler le nombre élevé de cas de coronavirus et de décès.

Mais la fédération industrielle GastroSuisse a averti dans un communiqué que si cette mesure est prise sans un soutien financier important, environ la moitié des entreprises du secteur de la restauration et de l’hôtellerie pourraient faire faillite d’ici fin mars.

La fédération a interrogé environ 4 000 propriétaires de restaurants et d’hôtels, et a déterminé que 98 % d’entre eux ont déjà un besoin urgent de soutien financier. Le président de GastroSuisse, Casimir Platzer, a déclaré dans le communiqué : “L’existence même de beaucoup d’entre eux est menacée”.

Alors que les restaurants et autres entreprises ont rapidement bénéficié d’un soutien financier lorsque la Suisse s’est trouvée en situation de confinement partielle lors de la première vague d’infections, GastroSuisse s’est plaint du retard pris pour le soutien lors des fermetures sporadiques ultérieures.

Avant la crise, plus de 80 % des restaurants et hôtels suisses étaient en bonne ou très bonne position de liquidité, a montré l’étude.

Mais cette situation s’est rapidement détériorée. En octobre, alors qu’une deuxième vague d’infections se déclenchait, l’organisation a averti que 100 000 emplois étaient menacés.

Et au cours des deux derniers mois de 2020, près de 60 % des établissements de restauration et d’hôtellerie ont été contraints de procéder à des licenciements pour la deuxième fois, selon l’étude.

Sans intervention du gouvernement, une troisième vague de licenciements est imminente, a prévenu M. Platzer.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code